Les Bosses dans le Jardin 

Paroles & Musique : Éric VINCENT

Pendu au fil des ans
Sur lesquels je m’appuie
Un peu plus chaque instant
Pour défier le temps
Pendue au fil du temps
Coule, coule la vie
Coule comme un torrent   
Inexorablement

Chaque fois qu’un copain un parent un ami       
Tire sa révérence je ne peux éviter
L’étrange protubérance qui s’érige à mes pieds   
Les bosses dans le jardin de Dino Buzzati
Empiètent sur mes plates-bandes et me font trébucher 
Me rappelant l’absence de ceux que j’ai aimés  

Du haut de nos vingt ans et déjà sur la route
Pierre à l’accordéon et moi à la guitare
Nous aimions les excès et refusions le laid
Nous avions du talent et surtout aucun doute
Arborant  mes chansons en guise d’étendard
Nous avions du succès et les filles qu’on voulait

Pendu au fil des ans ...

Il m’a fallu longtemps pour comprendre combien,
Dans ma course effrénée pour décrocher la lune,
malgré les apparences, mon coeur s’était ridé
Pas vu passer le temps, vivant au quotidien
j’ai brûlé les années qui m’en gardent rancune
Et j’attends la sentence à chaque coup de dés

Même si cette garce de vie  que j’aime et je chéris
Veut effacer les traces de mes amours uniques
En m’assénant des chocs qui me laissent KO
J’ai encore des batteries sous ma carcasse meurtrie
Pour  faire volte face à la critique inique  
D’un ado qui se moque de c’qu’il sera bientôt

Pendu au fil des ans ...

Si la flamme vacille il ne faut surtout pas
Perdre son assurance ce n’est qu’un peu de vent
Elle ne s’éteindra pas avant qu’il ne soit temps.
Si la flamme vacille il ne faut surtout pas
Perdre ton assurance ce n’est qu’un peu de vent
Elle ne s’éteindra pas avant qu’il ne soit temps
Preview                      iTunes               

Back to Lyrics               Retour à la page Paroles                      
Dernière modification/Last revised on 07/29/2017by - MADURA Paris